Bail : Quelles sont les clauses obligatoires, facultatives et interdites ?

Partager l'article

Lorsque vous envisagez de conclure un bail, il est important de connaître vos droits et obligations à titre de locataire et de propriétaire. Dans cet article, nous vous expliquons ce qu’il faut savoir sur les clauses obligatoires, facultatives et interdites des contrats de location. Nous vous expliquerons également ce que vous devez prendre en compte avant de signer un contrat de bail afin de vous assurer que vous et votre propriétaire êtes protégés. Vous trouverez également des conseils et des informations sur la façon de négocier un bail et de vous assurer que vous respectez les lois et les règlements locaux.

La location d’un bien immobilier peut comporter des risques particuliers dont les intéressés doivent être conscients. Le bail doit répertorier les termes de la location et déterminer les obligations respectives des parties. Certaines conditions sont illicites pour des raisons abusives, d’autres sont facultatives et il existe des clauses obligatoires qui doivent figurer sur tout contrat de location.

Bail : Les clauses obligatoires

Les noms et coordonnées du propriétaire et des locataires doivent être mentionnés. Le locataire peut être appelé le « locataire » et le propriétaire, le « bailleur ». Ces personnes peuvent aussi être appelées « les parties » à l’accord et devront signer le bail ou le contrat de location (avec un cosignataire, le cas échéant).

Description du bien locatif

Le bail doit inclure la complète adresse du logement attaché. Tous les détails doivent être repris, du numéro de logement au nombre d’étages. Les inclusions et exclusions doivent également être mentionnées. 

Description du bien locatif

Le bail doit également préciser les détails sur les meubles, les places de stationnement, les aires de stockage ou autres extras qui accompagnent le bien locatif.

Durée du bail

Le document doit inclure la date de début. Il faut aussi préciser s’il s’agit d’une location au mois ou d’un bail. Si c’est un bail, la date de fin doit également être mentionnée. Les baux ont souvent une durée minimale de trois années, lorsque le bail est conclu avec un propriétaire, et de six années, lorsque c’est une personne morale. 

Utilisation des locaux

Ce terme indique comment le locataire peut user de la propriété. Vous devez signaler toutes les restrictions ou prohibitions concernant les entreprises à domicile. Le logement ne peut être occupé que par les personnes inscrites sur le document. Ceci inclut également des activités d’entretien régulières, comme le nettoyage, l’entretien de la pelouse, etc.

La meilleure façon de s’assurer que les locataires prennent soin de votre propriété est de spécifier vos conditions d’utilisation de la propriété. Il est primordial de noter que le locataire n’a pas le droit de faire un autre usage que celui figurant dans le bail, sauf pour les 2 exceptions suivantes :

  • Le locataire peut implanter le siège social de son entreprise pendant une période maximale de cinq ans, après avoir averti le bailleur.
  • Le locataire peut exercer une activité professionnelle ou commerciale, mais seulement à sa seule initiative, sans stockage de marchandises et sans la réception de clients dans le logement.

Le montant du loyer

Les baux et les contrats de location précisent généralement le montant du loyer dû chaque mois, quand et où il est dû, les modes de paiement acceptables et les frais de retard. 

Plus la zone est populaire, plus vous pouvez vous attendre à payer plus cher. 

Il est illégal pour un propriétaire de proposer un loyer plus élevé en fonction de la race, du sexe ou d’une autre caractéristique de groupe d’un locataire. Selon la loi ALUR, le bailleur doit appliquer le montant plafonné des loyers dans sa zone d’habitation.

Vous devez préciser la date d’exigibilité du loyer, le délai de grâce pour les retards de paiement et le montant de la « pénalité » que vous allez facturer à vos locataires pour les retards de paiement. Sans cette clause, vous pourriez avoir des problèmes pour percevoir les retards de paiement. Assurez-vous de passer en revue tous les détails aussi scrupuleusement que possible.

Dépôts et frais

Le bail doit mentionner clairement le dépôt de garantie nécessaire, combien, pourquoi, comment et quand le dépôt sera retourné. Il doit être précisé dans le bail, si vous avez l’intention de couvrir le loyer du dernier mois. Incluez également tous les frais légaux non remboursables, comme les animaux de compagnie ou le nettoyage requis.

État du logement locatif

La majorité des baux et des contrats de location comportent une clause dans laquelle le locataire s’engage à ce que les locaux soient en état habitable et s’oblige à prévenir le propriétaire de toute condition défectueuse ou dangereuse.

p>

Bail : Les clauses facultatives

Responsabilités de remise en état et d’entretien du locataire

Un bail écrit avec précision contiendra une déclaration qui rend le locataire responsable de maintenir les locaux loués propres et en bon état. Il est tenu de rembourser au propriétaire le coût des réparations des dommages causés par sa faute ou sa négligence. 

Beaucoup de contrats indiquent aux locataires ce qu’ils ne peuvent pas faire en matière de réparations, comme repeindre les murs ou installer des étagères intégrées sans accord du propriétaire.

Responsabilités de remise en état et d'entretien du locataire

Définissez clairement les responsabilités pour l’entretien et les réparations afin d’éviter les mésententes. En cas d’usure normale, le propriétaire doit assumer la responsabilité de l’entretien et mentionner les appareils ou zones qu’il couvre (fenêtres, portes, appareils électroménagers, etc.).

Le propriétaire doit également énumérer les restrictions pour les travaux ou les modifications à ne pas faire dans l’espace par les locataires. Ceci aidera le propriétaire à s’assurer que ses techniciens de maintenance gèrent correctement les problèmes liés aux appareils couteux et aux parties de sa propriété. 

Restreindre les activités illicites du locataire

Ceci est fait pour prévenir les dégâts matériels, éviter les ennuis et réduire votre exposition aux poursuites. Vous devez inclure cette clause et interdire les activités illégales telles que le trafic de drogue, le bruit trop important, les animaux de compagnie dangereux (le cas échéant), etc.

Clause résolutoire du bail

Une clause résolutoire est une section d’un contrat précisant les conditions dans lesquelles l’une ou l’autre des parties peut annuler le contrat, généralement en raison de circonstances particulières. Dans une clause résolutoire, chacune des parties a le droit de demander la fin du bail avant son expiration.

Absences prolongées

Certains baux et contrats de location requièrent qu’un locataire prévienne le propriétaire s’il doit s’absenter des lieux pendant un certain nombre de jours consécutifs. 

De telles clauses peuvent donner au propriétaire le droit d’entrer dans le logement locatif durant son absence, pour entretenir la propriété si nécessaire et pour inspecter les dommages et les travaux nécessaires.

Ces clauses sont usuelles, si vous vivez dans un endroit froid où, en cas de températures extrêmement basses, les propriétaires veulent procéder à la vidange des tuyaux pour se prémunir de la rupture.

Clause de hausse de loyer

Lorsqu’il s’agit de tout contrat de location, une clause de hausse de loyer peut être inclus pour protéger les deux parties. Une clause IRL stipule qu’un propriétaire peut lier le montant du loyer à l’indice des prix IRL. Ceci signifie que le loyer peut être augmenté au début de chaque année de location, en fonction du pourcentage de hausse de l’IRL.

Ceci est fait pour :

  • S’assurer que le loyer des locaux peut suivre les taux d’inflation ;
  • Accroître la valeur marchande des locaux.

Bail : Clauses prohibées

Le propriétaire n’a pas le droit d’imposer des coûts supplémentaires à son locataire, à part le loyer et les charges. Le bailleur est également interdit de limiter la liberté du locataire de s’impliquer dans des activités religieuses, politiques ou syndicales.

Plusieurs dispositions généralement invalides existent également pour un bail.

Ces dernières incluent :

  • Sanctionner les locataires pour non-respect des clauses ;
  • Accélérer le paiement du loyer en cas de violation des règles du bail ;
  • Saisir la propriété d’un locataire en cas de retard de loyer ;
  • Contraindre les locataires à payer pour les dégâts causés à une unité locative.

Dans ces situations, le propriétaire risque des poursuites judiciaires.

Voir en vidéo : les variétés de contrats de location

Quelle est la différence entre une clause obligatoire et facultative ?

Réponse:

Une clause obligatoire est une clause qui doit être incluse dans le bail et qui est contraignante pour les deux parties, alors qu’une clause facultative est une clause qui peut être incluse dans le bail mais qui n’est pas obligatoire.

Quelle est la différence entre une clause obligatoire et interdite ?

Réponse:

Une clause obligatoire est une clause qui doit être incluse dans le bail et qui est contraignante pour les deux parties, alors qu’une clause interdite est une clause qui ne doit pas être incluse dans le bail et qui peut être illégale ou contraire à la loi.

Quelles sont les clauses obligatoires, facultatives et interdites qui s’appliquent à un bail ?

Réponse:

Les clauses obligatoires dans un bail incluent généralement les informations sur la durée et le montant du loyer, le montant de la caution, les droits et les obligations des locataires et des bailleurs, et les dispositions en cas de non-paiement ou de violation des termes du bail. Les clauses facultatives peuvent inclure des informations sur les animaux domestiques, les modifications apportées à la propriété, les taxes et les frais de service. Les clauses interdites incluent les clauses qui limitent le droit des locataires à participer à des activités politiques, qui réglementent le genre, la race, la nationalité, le statut familial, le handicap ou l’orientation sexuelle.

Notez cet article !

Les derniers articles