Ben Mazue

Bleacher Report a maintenant trois séries d’animation à succès

Partager l'article

Bleacher Report a trouvé une formule gagnante pour sa stratégie vidéo avec trois séries d’animation à succès désormais à son actif : « Game of Zones », « Gridiron Heights » et maintenant « The Champions ».

Cette semaine, Bleacher Report Football a lancé la troisième saison de son émission de télé-réalité parodie « The Champions » à l’occasion du deuxième match de la saison de l’UEFA Champions League. Les deux saisons précédentes de l’émission ont attiré 400 000 abonnés YouTube à ce jour et sont devenues son émission la plus regardée, dépassant les deux séries précédentes axées sur le sport américain en raison de l’attrait mondial du sport et de l’émission, selon l’éditeur.

La série en 6 parties reprend le thème des deux précédentes, dans lesquelles les 800 joueurs de l’UEFA Champions League et leurs managers vivent ensemble dans un château. Chaque épisode de 5 minutes est une parodie qui suit de vrais récits autour des joueurs et des managers et de leurs performances de match réelles. Ainsi, si un joueur est blessé une semaine par exemple, les épisodes suivants seront mis à jour pour refléter cela.

La couverture sportive est un domaine tellement saturé que les éditeurs de médias numériques comme B/R doivent constamment rechercher de nouvelles façons d’attirer de nouveaux publics, tout en maintenant ceux qui existent déjà. Faire des séries animées originales qui prennent une tournure satirique sur les sports qu’elles couvrent et leurs joueurs s’est avéré un moyen important pour B/R de se différencier.

Lancé en 2014, « Game of Zones » est dédié au basket-ball et présente des joueurs célèbres de la NBA représentés comme des personnages de l’émission télévisée « Game of Thrones », tandis que « Gridiron Heights » se concentre sur la ligue de football américaine NFL. Les deux émissions ont été des succès instantanés, mais jusqu’à présent, « The Champions » les dépasse en raison de son attrait pour un public mondial et des personnes qui la regardent depuis 50 pays différents, selon l’éditeur.

« Il n’y a absolument rien de tel. C’est incroyablement drôle et ça différencie de manière assez puissante », a déclaré Richard Barker, codirecteur général de M&C Saatchi Sport and Entertainment.

Les droits de la Premier League et de la Ligue des champions sont partagés entre BT Sport, Sky Sports et Amazon, qui sont tous basés sur des abonnements. Ils ont essayé d’étendre ces audiences sur les réseaux sociaux, avec pour résultat que les temps forts et les clips d’objectifs sont devenus très banalisés sur les plateformes de réseaux sociaux. « Les jeunes ne se soucient pas d’où ils viennent les chercher. Ils peuvent simplement les trouver sur les réseaux sociaux. Il est difficile pour quiconque de posséder cela », a ajouté Barker.

Mais « The Champions » de B/R s’adresse beaucoup à ce public plus jeune, ce qui est attractif pour les bons annonceurs, a-t-il ajouté. La troisième série est la première à être soutenue commercialement par un partenaire dédié et est présentée par Playstation.

Un autre bonus de la série étant une parodie est que l’éditeur peut éviter d’avoir à payer des droits coûteux pour la couverture des joueurs. « Son [The Champions] intelligent car cela leur permet évidemment d’inclure des noms de renommée mondiale sans problèmes de droits », a déclaré Dan Ayers, partenaire du cabinet de conseil en sport numérique Seven League. « Réunir tous ces joueurs dans une seule vidéo n’arriverait jamais pour de vrai, donc créer une version animée permet définitivement à BR de se différencier. »

Depuis les débuts de l’émission en septembre 2018, « The Champions » a généré en moyenne 29 000 abonnés par épisode sur la chaîne YouTube de B/R Football, portant le total à 910 000, selon l’éditeur. La série fonctionne également sur l’application B/R Football et est diffusée en intégralité sur IGTV et Facebook.

« L’intersection du sport et de la comédie est quelque chose que nous ne voyons pas beaucoup ailleurs », a déclaré Sarah Lowen, directrice de la création. «Il y avait quelque chose à propos de le mapper à la télé-réalité, avec toute cette richesse et ces ego. Mais nous ne voulons traîner personne dans les braises. Nous voulons que les joueurs sentent qu’ils sont dans la blague.

Les émissions pré-scénarisées servent de contenu permanent efficace et prennent 10 semaines de l’étape de conception à la production. Si une nouvelle histoire éclate autour d’un joueur, l’équipe modifie l’épisode pour s’assurer que le contenu est opportun.

Le premier épisode de la troisième série a enregistré un peu moins de 1,4 million de vues en deux jours sur YouTube. La deuxième saison a enregistré 5,3 millions de vues par épisode et 464 000 personnes par épisode l’ont consulté via des commentaires, les taux de visionnage les plus élevés enregistrés pour une émission B / R, selon l’éditeur.

Une grande partie de ces points de vue provenait des États-Unis, où le football, alias football, est moins développé mais se développe rapidement. Attirer le public américain du football est une priorité pour BR, mais il doit trouver le juste équilibre pour le rendre accessible aux personnes novices dans le sport, sans diluer l’impact de la profondeur des connaissances de la série sur le sport afin de garder l’Europe fans engagés.

C’est un équilibre difficile à trouver, mais il semble avoir porté ses fruits. La deuxième série de The Champions a attiré une large audience américaine, et une audience étonnamment élevée en Allemagne en raison d’un épisode consacré à la Bundesliga, selon l’éditeur même s’il ne sortirait pas de chiffres.

La série est créée à partir du bureau américain de B/R par une équipe de 25 producteurs et scénaristes dévoués, dont 12 sont des animateurs. Ils travaillent en étroite collaboration avec le bureau de Londres, pour s’assurer que le scénario possède une connaissance approfondie et des références culturelles suffisantes du sport, et plaira aux supporters de football du monde entier.

Les derniers articles