Ben Mazue

« Il y a une clarté autour de ce que vous ferez »: SmartNews paie les éditeurs pour être sur sa plateforme

Partager l'article

Il existe une nouvelle idée adoptée par les plates-formes avides de contenu pour les éditeurs : payez-les.

SmartNews, une application d’agrégation de nouvelles lancée au Japon, est la dernière plate-forme permettant de réduire les chèques aux éditeurs. Dans le cas de SmartNews, les paiements sont liés aux éditeurs adaptant leurs articles à un format SmartNews propriétaire. En échange, SmartNews paie 30 éditeurs américains, allant de BBC News à BuzzFeed en passant par Billboard, avec des frais de licence basés sur la quantité de contenu de cet éditeur lu dans l’application.

Le programme, que SmartNews appelle SmartView First, est ouvert à de nouveaux participants depuis septembre, après de petits tests qui ont débuté au deuxième trimestre de cette année. Plutôt que d’offrir aux éditeurs une réduction des revenus publicitaires, SmartNews propose des paiements de revenus échelonnés en fonction des pages vues mensuelles d’un éditeur dans l’application. Les niveaux varient d’un éditeur à l’autre, a déclaré Rich Jaroslovsky, vice-président du contenu de SmartNews, mais les paiements peuvent être significatifs : les paiements annuels varient de cinq à plus de six chiffres, selon plusieurs sources participant au programme.

« Il y a une clarté autour de ce que vous ferez », a déclaré une source chez un éditeur participant. « Je pense que les éditeurs aiment voir ça. Cela nous a aidés à appuyer sur la gâchette.

La perspective que les éditeurs soient payés pour le contenu semble être un peu dans l’air ces derniers temps. Vendredi, Facebook dévoilera Facebook News, un produit qui paiera un quart de ses participants jusqu’à 3 millions de dollars par an pour présenter leur contenu dans une section réservée aux actualités de Facebook. Snapchat a également des conversations avec des partenaires éditeurs sur la création d’une sorte de section réservée aux actualités de son application, pour laquelle il paierait les éditeurs. Plus tôt ce printemps, Apple a lancé Apple News+, un produit d’abonnement construit autour du contenu des éditeurs de magazines qui verse 50 % de ses revenus aux éditeurs en fonction de la consommation des lecteurs.

Les frais de licence ne sont pas la seule source de revenus que les éditeurs peuvent tirer de SmartNews. Les participants sont également autorisés à vendre des publicités display contre leur contenu et à conserver 100 % des revenus. Jaroslovsky a déclaré qu’il encourageait les éditeurs à utiliser cet inventaire d’affichage de la même manière que les éditeurs utilisent de plus en plus leur inventaire d’affichage dans Apple News : pour promouvoir des newsletters, par exemple, ou des podcasts.

« Beaucoup d’éditeurs ont leurs propres entonnoirs qu’ils aimeraient remplir », a déclaré Jaroslovsky. « Je me surprends à les encourager, [saying] »Si les revenus générés par cette annonce ne sont pas essentiels pour vous, utilisez-les pour autre chose. » »

Lorsque SmartNews a été lancé au Japon il y a cinq ans, l’une de ses fonctionnalités clés était quelque chose appelé Smart view, un aperçu à chargement rapide des articles de l’éditeur conçu pour les personnes utilisant l’application dans des endroits à bande passante limitée, comme les voitures de métro. Les utilisateurs peuvent choisir de lire le contenu soit en mode intelligent, qui supprime presque tout sauf le texte – y compris les publicités – ou de lire la version Web mobile de l’éditeur de l’histoire. Les éditeurs peuvent vendre des publicités qui apparaissent dans les aperçus intelligents de leurs histoires ; sinon, SmartNews vend l’inventaire par programmation.

Les utilisateurs de SmartNews peuvent choisir de lire les articles des éditeurs en mode Web ou Smart dans l’application.

Tout le monde n’a pas réagi chaleureusement au programme. Une source chez un éditeur n’utilisant pas SmartView First a déclaré que participer serait tolérer une pratique qu’ils considéraient comme problématique.

« Je dirais qu’ils ont déjà hébergé notre contenu, à certains égards même en arrachant le contenu, déjà », a déclaré un dirigeant d’un éditeur qui ne participe pas. « Nous considérons cela comme une bénédiction pour ce que nous considérons comme une pratique commerciale louche. »

SmartNews génère une petite partie du trafic de référencement global d’Internet. Il était responsable de 0,6 % du trafic de référencement mesuré le mois dernier sur le réseau de Parsely, devant Yahoo News (0,5 %) et LinkedIn (0,3 %), mais derrière Flipboard (1,4 %). SmartNews affirme qu’elle a été téléchargée plus de 50 millions de fois et que l’application figure de manière fiable parmi les cinq meilleures applications d’actualités du Google Play Store, parmi les 15 meilleures de l’App Store d’Apple. Le mois dernier, SmartNews a affirmé avoir une base d’utilisateurs actifs mensuels mondiaux de 20 millions. Un participant SmartView First a déclaré avoir constaté une croissance de l’audience de 5 % à 10 %, d’un mois sur l’autre, dans SmartNews.

SmartNews permet aux éditeurs de mettre des pixels de mesure d’audience, y compris Google Analytics et Comscore, sur leurs pages SmartView First, ce qui signifie que l’audience peut être comptée, bien que les sources contactées pour cette histoire disent que les revenus qu’ils tirent de l’accord proviendront de la licence , plutôt que n’importe quel accord d’inventaire d’annonces pour mobile.

« J’ai l’impression que leur stratégie à long terme consiste à déplacer les éditeurs de manière native vers leur application », a déclaré une source chez un éditeur utilisant désormais SmartView First. « Et ceux qui ne le seront pas seront dépriorisés. »

Jaroslovsky a déclaré que l’algorithme SmartNews ne privilégie pas directement le contenu SmartView First, il donne la priorité au contenu avec lequel les gens interagissent de plus en plus longtemps, deux choses auxquelles le format propriétaire aide.

Alors que moins de 10% des 370 éditeurs américains distribuant leur contenu via SmartNews sont inscrits à SmartView First, Jaroslovsky a déclaré qu’il espère développer le programme de manière responsable.

« Nous sommes très concentrés sur la construction du programme SmartView First de manière durable », a-t-il déclaré. « Nous avons vu des concurrents ou des concurrents potentiels arriver, lancer beaucoup d’argent en peu de temps, puis disparaître. D’autres ont cherché à créer leur propre entreprise aux dépens des éditeurs plutôt qu’en partenariat avec eux. Ni l’un ni l’autre n’a de sens pour nous. Notre objectif est de créer un programme dans lequel les intérêts de chacun (utilisateurs, éditeurs et SmartNews) sont respectés et les incitations sont alignées. »

Les derniers articles