Ben Mazue

Le fondateur de Craigslist, Craig Newmark, explique pourquoi il donne des millions au journalisme

Partager l'article

Abonnez-vous : Podcasts Apple | Brodeuse | Google Play | Spotify

Il y a un cliché selon lequel les fondateurs de l’industrie technologique sont déterminés à une croissance imprudente parce que leurs tendances entrepreneuriales agressives n’étaient tempérées par aucun cours universitaire en sciences humaines.

Mais Craig Newmark, qui a fondé la Craigslist éponyme en 1995, a appris quelques leçons utiles en sociologie avant même d’entrer à l’université.

« Dans les années 1970, mon professeur d’histoire et d’éducation civique aux États-Unis nous a appris l’importance d’une presse libre », a déclaré Newmark sur le podcast Digiday. « Une presse digne de confiance est le système immunitaire de la démocratie. »

Newmark a continué à donner des millions à des programmes et des écoles de journalisme via Craig Newmark Philanthropies. Ses bénéficiaires incluent le Poynter Institute, NPR, Consumer Reports et deux écoles de journalisme à New York – celles de Columbia et de la City University of New York (cette dernière a changé son nom en Craig Newmark Graduate School of Journalism à la City University de New York son nom en son honneur).

Les dollars font beaucoup, mais Newmark dit qu’il aide également à générer des conversations au sein de son réseau, en particulier parmi les « ennemis » qui travaillent contre les mêmes grands problèmes comme la cybersécurité ou le harcèlement en ligne des femmes (en particulier des journalistes).

Ou, d’ailleurs, la désinformation (ce n’est pas un hasard s’il a créé sa fondation philanthropique en 2016 lorsque la Russie a trafiqué l’élection présidentielle américaine). En plus de soutenir des informations de haute qualité, Newmark a joué un rôle actif contre les fausses informations politiques, « en particulier la désinformation concernant le vote par correspondance », a déclaré Newmark. « Et donc je travaille avec des gens du journalisme, des gens qui sont des experts en matière de vote, je les aide à se défendre et à mener la bataille contre l’ennemi. »

Les géants des médias sociaux sont en partie à blâmer, selon Newmark, même s’ils ont resserré leurs réglementations en matière de discours et leurs politiques politiques ces derniers mois. « La plate-forme de médias sociaux[s] savoir qui sont les mauvais acteurs. Ils savent qui sont les adversaires étrangers, ils savent qui sont leurs alliés nationaux », a déclaré Newmark. « Ils devraient prendre des mesures contre chacun d’eux. »

Mais qu’en est-il de la propre carrière de Newmark, en tant que programmeur IBM qui a ensuite créé une version numérique gratuite des petites annonces qui ont mangé dans une chasse gardée traditionnelle (et lucrative) des journaux locaux ?

« Les revenus des journaux [declined] à partir du début des années 50. Il a chuté précipitamment en 2008 et 2009 lorsque les grands ont commencé à faire avancer les choses. Et c’est à peu près tout. J’ai demandé [economists] pour me montrer quel blip je pouvais voir à cause de Craigslist, et ils ne pouvaient pas m’en montrer un. Je veux dire, mon instinct me dit que Craigslist a dû avoir un certain effet, mais les économistes n’ont pas été en mesure de m’en montrer un », a déclaré Newmark.

Voici les points saillants de la conversation, qui ont été légèrement modifiés pour plus de clarté.

Créer la paix entre ennemis

« Je ne connais pas le journalisme comme un journaliste professionnel. Ce que je sais, c’est que nous avons besoin que les gens parlent du bon travail qu’ils font. Parce que parfois les gens qui font du bon travail dans le même domaine se considèrent comme des ennemis. Je mets beaucoup d’énergie à amener les gens à se parler dans deux domaines connexes : L’un concerne le travail de lutte contre le harcèlement. Le harcèlement en ligne est un très gros problème. Le harcèlement des femmes journalistes est un problème énorme et il est devenu très vicieux au cours des trois derniers mois à l’approche des élections américaines. J’ai rappelé à l’équipe avec laquelle je travaille que nous devons travailler plus vite, rassembler plus de personnes, en parler fort et trouver des moyens par lesquels les gens peuvent faire savoir aux harceleurs que ce n’est plus acceptable. [The other is] la cybersécurité, qui pour moi fait partie de la guerre de l’information globale. Je dis à un groupe de personnes travaillant sur la sécurité d’Internet des objets qu’ils [should] se parler et travailler plus vite.

Les plateformes de médias sociaux ont plus à faire

« Je pense que les grands [Google and Facebook] devrait faire plus pour aider le journalisme. Mais tout d’abord, compte tenu de la crise de cette année, je pense qu’ils doivent… décourager la désinformation opérant à partir de leurs sites. Combattre la désinformation est vraiment difficile, sauf lorsqu’il y a des abuseurs fréquents d’informations, alors ils se rendent très évidents. Peut-être pourriez-vous faire quelque chose à ce sujet d’une manière qui soit juste pour tout le monde. J’encourage les géants des médias sociaux à faire les choses faciles, à faire ce que leurs propres gens leur disent qu’ils veulent, puis à être prêts à subir une certaine pression. Je peux vous dire que ce n’est pas amusant de prendre cette chaleur, surtout si vous êtes victime de désinformation ou même de sales tours. Mais en ce moment, la survie du pays repose sur les géants des médias sociaux pour se lever et faire ce qu’il faut.

« Mène la bataille à l’ennemi »

« Il y a deux principaux sujets de préoccupation en ce moment. Premièrement, nous devons veiller à ce que des mécanismes de vote soient en place. Et cela signifie vote par correspondance ou vote par correspondance. Cela doit être une chose, en particulier en temps de pandémie, mais [also] en général, pour beaucoup de gens qui se rendent à un bureau de vote où les files d’attente peuvent être très longues. Nous avons besoin d’un bon vote par correspondance et nous avons besoin d’un bon vote en personne, ce qui signifie recruter beaucoup de jeunes agents électoraux. C’est un objectif. L’autre est… les adversaires étrangers et les gens en Amérique qui aident [them] mènent une guerre de désinformation active, en particulier la désinformation concernant le vote par correspondance. Je travaille donc avec des gens du journalisme et des experts en matière de vote et je les aide à riposter et à mener la bataille contre l’ennemi.

Les derniers articles