« Le petit-déjeuner est une arnaque »: une journée dans la vie du fondateur de Barstool Sports, Dave Portnoy

Partager l'article

Cet article apparaît dans le dernier numéro du magazine Digiday, une publication trimestrielle faisant partie de Digiday+. Les membres de Digiday+ ont accès à du contenu exclusif, à des recherches originales et à des événements pour les membres tout au long de l’année. En savoir plus ici.

En 2019, le format de l’histoire « une journée dans la vie » est devenu une quasi-parodie de lui-même, les gens se levant avec impatience à 5 heures du matin pour effectuer une salutation au soleil avant d’écraser un smoothie à base de chou frisé et de lait de noix. En guise de correctif, nous avons décidé de profiler quelqu’un dont nous savions qu’il tirerait directement avec nous : le fondateur de Barstool Sports, Dave Portnoy. Ici, il décrit un mardi fin février.

Un jour comme celui-ci, je m’autoriserai à dormir le plus tard possible.

Je me réveille, vérifie les réseaux sociaux, rapidement Je poste rarement quoi que ce soit avant d’arriver au bureau puis douche.

J’aime être au bureau à 10 heures 10 h 00, c’est le début de la journée pour les gens satisfaits mais pendant la saison de football, il se passe tellement de choses qu’il peut être 8 heures du matin, selon l’emploi du temps des autres.

J’écoute de la musique sur le chemin du travail tous les jours. J’ai une playlist que j’ai commencé il y a je ne sais même pas combien d’années, qui s’appelle Wrecking Ball. Je ne comprenais pas comment Spotify fonctionnait, et la première chanson que j’ai mise était « Wrecking Ball » de Miley Cyrus. Il compte environ 600 chansons maintenant. Il y a de tout : Miley Cyrus, Jimmy Buffett, AC/DC, country, Kanye. Si j’aime une chanson, ça passe dessus.

Je ne prends pas de petit-déjeuner. Je pense que le petit déjeuner est une arnaque. Les gens disent que c’est le repas le plus important de la journée ; ce n’est tout simplement pas vrai. Je n’ai pas faim, je n’ai pas besoin de calories, je mange beaucoup plus. Je n’achète pas tout l’ordre du jour du petit-déjeuner.

J’ai une tonne de café. Ce matin, je savais que j’étais fatiguée, alors j’ai pris un Adderall, puis un café le matin. Tommy [Scibelli, aka Tommy Smokes, to Stoolies] me donne le café. J’entre, il est assis ici tous les matins. Il m’en apportera probablement trois autres comme ça tout au long de la journée. Même taille [a Starbucks Venti].

[My] planifiez ici. S’il est en bleu, cela signifie que c’est officiel. Je ne l’écris pas. [Producer] Frankie [Borelli] l’écrit. Il y a cette fille Daniella, qui travaille en étroite collaboration avec Erika [Nardini, Barstool’s CEO], écrit-elle là aussi. Pour la plupart, n’importe qui peut entrer dans le programme, mais si je le regarde et que je me dis: « Je ne veux pas faire ça », je n’ai pas à le faire.

Souvent, j’aurai une idée de ce que j’aimerais faire. Aujourd’hui, j’ai écrit : je veux avoir une voiture de clown Roger Goodell pour le Daytona 500. Je dois aller demander à Erika si je peux avoir une table à Saratoga. Je veux aller à Talladega et Bristol, donc je dois me pencher là-dessus. Et puis Malia Obama, il y a une photo d’elle buvant du rosé, donc je veux blâmer LeBron [James]. Je dois écrire sur un blog que LeBron corrompt tout le monde. C’est juste des trucs que je dois mélanger avec tout le reste.

Vers midi je vais manger de la pizza, tous les jours [to produce content for Barstool’s pizza app, One Bite Pizza Reviews]. Nous avons épuisé tous les endroits autour d’ici. Parfois, je pars une heure, une heure et demie, avec une heure et 15 minutes passées dans une voiture, ce qui est nul.

Vers 13 h 30 ou 14 h, nous filmons Barstool Sports Advisors, qui est notre émission de choix de jeu. 15h00 tous les jours c’est un récapitulatif, un récapitulatif des trucs de la journée, puis de 16h00 à 18h00 je fais Barstool Radio. Entre ces choses, quotidiennement, les gens viennent demander s’ils peuvent faire certaines choses pour le contenu, obtenir une autorisation de voyage, des plaintes, etc.

Cela devient un peu épuisant. À la fin, avec l’émission de radio, j’ai probablement parlé de tout ce dont je vais parler.

Les gens aiment quand je suis contrarié par quelque chose. Mon émission a tendance à pencher un peu plus vers la controverse interne. La deuxième heure de l’émission de radio peut parfois traîner un peu. Nous essayons de ne pas laisser cela se produire. Nous prenons des appels, mais quand il est 17 h 30 un vendredi, il y a des moments où je veux juste sortir d’ici, et je dis simplement : « Paix, je suis sorti. »

Souvent, parce que je suis tellement occupé de midi à 18 heures environ, il y a des gens qui attendent après pour me parler. Alors je reste coincé, avec ma veste et mes écouteurs, et je me dis : ‘OK, de quoi veux-tu parler ?’

Si vous alliez là-bas et demandiez comment je suis, les gens diraient: « Dave est petit. »

J’essaie de partir tout de suite après ça.

À la maison, je commande à l’un des trois endroits tous les soirs. Soit je prends un sandwich au poulet grillé si je me sens bien et j’essaie d’être en bonne santé – peut-être deux, parce qu’ils ne sont pas très gros – soit je commande à un endroit appelé Mighty Bowl. J’avais l’habitude de manger des sushis tout le temps, mais j’ai été empoisonné au mercure, alors j’ai dû arrêter ça.

Après ça, la télé. Dernièrement, c’est le basket universitaire. J’ai généralement des paris en cours et je suis toujours sur les réseaux sociaux, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Auparavant, c’était beaucoup plus de blogs, mais les blogs sont l’une de ces choses que vous devez être dans un flux à faire. Si je suis dans un flow, je vais bloguer toute la nuit. Mais je fais beaucoup plus maintenant sur la vidéo et la radio. Pendant les jeux, je les mettrai en pause pour pouvoir continuer à consulter mon téléphone.

Après cela, je vais généralement me coucher et passer une heure de plus sur les réseaux sociaux. Il se passe toujours quelque chose. Je me dispute avec quelqu’un sur les réseaux sociaux, je retweete, je me vante, il se passe quelque chose.

Je dois me forcer à raccrocher le téléphone avant d’aller me coucher. C’est juste construit dans mon cerveau. Même si ce n’est pas un jour de travail, si je suis à un rendez-vous, j’ai du mal à ne pas vérifier mon téléphone, même s’il n’y a rien à vérifier.

Parfois j’ai du mal à dormir. Parfois, je regarde des films juste pour y penser, parce que ça me fait oublier Barstool.

Notez cet article !

Les derniers articles