Ben Mazue

Retour à la réalité : le streaming ne sera pas facile pour Trump TV

Partager l'article

Être exagéré et aller «exagérément» sont deux choses totalement différentes. Donald Trump pourrait l’apprendre à ses dépens.

À côté de l’élection proprement dite, la chose la plus intrigante à propos de Trump est ce qu’il prévoit de faire s’il perd. La rumeur laisse entendre que le candidat républicain à la présidentielle serait intéressé par le lancement d’une chaîne de télévision de droite. Trump a nié ces affirmations, déclarant qu’il ne souhaitait que gagner les élections, mais il est difficile de croire que Trump TV n’est pas sur son radar lorsque sa campagne fait sa propre programmation en direct sur Facebook.

Bien sûr, Trump ne pourrait pas lancer un réseau câblé traditionnel même s’il le voulait – c’est incroyablement long et coûteux. Une application de vidéo en streaming, un service dit over-the-top, nécessite beaucoup moins de temps et d’argent. Cela ne signifie pas que Trump serait en mesure de transformer Trump TV en une entreprise commerciale rentable.

La technologie est plus accessible

De nombreuses entreprises offrent désormais la possibilité à une entreprise de médias de créer et de lancer des applications vidéo en streaming.

« Vous n’avez pas à attendre six mois ; vous pouvez être en direct dans deux semaines », a déclaré Mike Green, vice-président du marketing et du développement commercial pour les médias chez Brightcove. « C’est tellement plus facile qu’auparavant où vous deviez planifier et construire pour toujours. »

Brightcove travaille avec le site de streaming de films financé par la publicité Popcornflix et la plateforme de streaming par abonnement de niche Acorn TV, qui compte aujourd’hui environ 390 000 abonnés. La société propose un produit appelé OTT Flow, qui gère de nombreux aspects techniques d’un service de streaming vidéo, notamment la gestion de contenu, la gestion et la facturation des abonnés et le développement d’applications. Brightcove facture des frais de plate-forme fixes qui varient entre 5 000 € et 15 000 € par mois selon le modèle commercial du client.

Un service de streaming par abonnement, que Trump devrait faire pour des raisons évidentes, se situe au sommet de cette gamme. Ici, Brightcove facturerait également entre 10 cents et 1 € par mois et par abonné en fonction de l’échelle du service de streaming. (Plus d’abonnés obligent les entreprises à acheter plus de bande passante auprès d’un ou plusieurs réseaux de diffusion de contenu comme Akamai.)

Cela signifie que si un réseau de streaming appartenant à Trump peut attirer 1 million d’abonnés, cela coûterait 12,2 millions de dollars par an, au minimum, rien que pour la technologie.

Ce ne sont pas les seuls coûts, cependant

Parmi les vérités absolues dans le secteur de la vidéo, il y a celle-ci : si vous la construisez, il n’y a aucune garantie qu’ils – le public – viendront. Verizon, par exemple, a dépensé des millions de dollars pour commercialiser son service de vidéo mobile Go90, et il n’a presque pas d’audience. En fait, de nombreux partenaires de contenu Go90 pensent que Verizon n’a pas dépensé suffisamment en marketing.

Pour être juste, Trump s’est avéré tout à fait capable d’attirer les foules lors de rassemblements et à la télévision sans dépenser un centime en marketing. S’il peut convertir ne serait-ce qu’un pourcentage de ses 11,8 millions de fans sur Facebook ou de ses 12,8 millions d’abonnés sur Twitter, il a alors une chance de se constituer un public sans lancer de campagnes traditionnelles d’acquisition de clients.

« Si rien d’autre, il a démontré qu’il sait comment jouer les médias », a déclaré Alan Wolk, analyste de télévision et consultant chez Toad Stool Consultants. « Il n’aurait pas à dépenser beaucoup d’argent pour le commercialiser, car il obtiendrait une tonne de presse gratuite et un buzz supplémentaire grâce à ses propres flux sociaux. »

Cela dit, un service de streaming nécessite également du contenu, qui a ses propres coûts. Trump devrait décider quel type de société de streaming Trump TV serait. Allait-il suivre les traces de Fox News et lancer un réseau d’information 24 heures sur 24 ? Avec son expérience dans la télé-réalité, envisagerait-il de faire plus d’émissions de télé-réalité ? Autoriserait-il des rediffusions d’émissions plus anciennes que son public pourrait apprécier ?

Toutes ces choses coûtent des millions de dollars, et cela ne tient même pas compte du fait qu’il est incroyablement peu probable que Donald Trump lui-même ait le temps d’apparaître dans toutes les émissions. Cela signifie trouver d’autres talents et substituts pour remplir l’espace aérien, et certains d’entre eux ne sont pas bon marché non plus. Fox News verse à Bill O’Reilly 20 millions de dollars par an, selon The Hollywood Reporter. S’il voulait débaucher Sean Hannity, il lui faudrait attendre 2020, date d’expiration de son contrat, selon le Wall Street Journal. Il y a aussi des coûts liés à l’entretien d’un plateau de studio et d’employés hors écran.

Glenn Beck est à la fois un modèle et un avertissement

En 2011, Glenn Beck a lancé un réseau de streaming vidéo en ligne uniquement dans le cadre de sa société de médias, The Blaze. En septembre 2012, Beck a déclaré que The Blaze comptait 300 000 abonnés payant 10 € par mois. Aujourd’hui, on estime que The Blaze compte la moitié du nombre d’abonnés numériques, car le réseau est désormais également disponible dans 13 millions de foyers câblés.

Trump a sans doute un profil plus élevé que Beck pendant son apogée. Mais comme le rapporte BuzzFeed, alors que les partisans de Trump accueilleraient favorablement un Trump TV, la plupart ne sont pas disposés à payer pour cela. (Sur les 41 partisans de Trump auxquels BuzzFeed s’est entretenu, seuls huit ont déclaré qu’ils paieraient pour n’importe quel type d’offre de Trump.)

Disons que les dépenses totales de Trump TV finissent par représenter 10% de ce que Fox News dépense chaque année. (Selon la société de recherche sur les médias SNL Kagan, Fox News devait dépenser 828 millions de dollars en 2015.) Pour que Trump TV atteigne le seuil de rentabilité à 83 millions de dollars de dépenses annuelles, le service de streaming aurait besoin d’un peu moins de 692 000 abonnés payant 10 dollars par mois. Encore une fois, c’est juste pour atteindre le seuil de rentabilité.

« Quand Trump et Roger Ailes étaient amis, il y avait de bien meilleures chances, car Ailes connaissait le quotidien », a déclaré Wolk. « Il savait comment faire fonctionner un réseau, ce qui est une chose très compliquée. Trump n’a personne. Il a son gendre qui dirige en quelque sorte un journal hebdomadaire.

Eh bien, il y a toujours le bureau ovale.

Image de Matt Fraher

Les derniers articles