Ben Mazue

WTF c’est Ad-ID ?

Partager l'article

Table des matières

  • WTF c’est Ad-ID ?
  • Comment fonctionne Ad-ID ?
  • Il n’y a pas de système déjà en place pour ça ?
  • Quel a été le hold-up ?
  • Alors, qu’est-ce qui a changé ?

La convergence de la télévision, du streaming et de la vidéo numérique a compliqué le marché de la publicité à bien des égards. Parmi eux, la gestion des publicités diffusées sur les réseaux de télévision, les services de streaming, les plateformes de télévision connectée et de vidéo numérique et les éditeurs. Même reconnaître qu’une publicité diffusée à un endroit est identique à une publicité diffusée ailleurs peut être un défi.

Entrez Ad-ID – en fait, rentrer ID d’annonce. L’American Association of Advertising Agencies et l’Association of National Advertisers ont initialement introduit Ad-ID en juillet 2002 comme méthode de normalisation de la façon dont les actifs publicitaires, comme un seul spot télévisé de 30 secondes, sont étiquetés.

Mais alors que les annonceurs télévisés bénéficiaient de droits acquis pour utiliser Ad-ID pour leurs campagnes linéaires, l’adoption du streaming et de la vidéo numérique a été plus lente. Cela semble cependant changer, car les acheteurs et les vendeurs de publicités s’efforcent de gérer la diffusion des publicités sur le marché plus large de la télévision, du streaming et de la publicité vidéo numérique.

« Tout le monde cherche à intégrer la norme Ad-ID. Personne n’aime une expérience publicitaire merdique, avoir une publicité placée deux ou trois fois de suite », a déclaré un responsable du streaming.

WTF c’est Ad-ID ?

Ad-ID est un système de nommage pour les actifs publicitaires. Il associe un identifiant universel à chaque création publicitaire individuelle, qu’il s’agisse d’une publicité télévisée, d’une publicité imprimée ou d’une bannière publicitaire. De cette façon, un annonceur ainsi que les sociétés de médias et les plateformes qui distribuent ses publicités utiliseraient tous le même identifiant pour faire référence à une publicité. Cela permettrait à l’annonceur de contrôler plus facilement la manière dont une annonce est diffusée, par exemple en pouvant limiter le nombre de fois qu’une annonce spécifique est diffusée sur diverses propriétés multimédias et en s’assurant que l’annonce ne dépasse pas sa date de fin prévue.

Comment fonctionne Ad-ID ?

Un annonceur crée un Ad-ID unique pour chaque élément publicitaire qu’il prévoit de distribuer. L’Ad-ID lui-même serait une chaîne de 11 ou 12 caractères avec un préfixe de 4 caractères qui est associé à l’annonceur et est joint à tous les Ad-ID de cet annonceur et le 12e caractère facultatif indiquant si une annonce est à haute définition ou 3-D (rappelez-vous, Ad-ID a été introduit au début lorsque la HD était encore naissante et que la 3-D devait finalement être omniprésente).

En plus d’identifier l’actif publicitaire, l’Ad-ID contient des informations sur l’annonce, telles que le nom de l’annonceur, le produit annoncé, ses dates de début et de fin et des champs personnalisés, comme le nombre de fois que chaque foyer doit être exposé à une annonce par semaine.

Les entreprises telles que les médias peuvent se connecter au système Ad-ID afin d’accéder aux codes Ad-ID et aux informations correspondantes. Cet accès leur permet de gérer la diffusion des publicités pour les annonceurs, par exemple en suivant la fréquence à laquelle les personnes sont exposées à une publicité donnée sur leurs différentes propriétés, en maintenant une séparation créative entre certains annonceurs et en évaluant les performances d’une publicité spécifique.

Il n’y a pas de système déjà en place pour ça ?

Oui et non. Ad-ID existe depuis plus de deux décennies, donc d’une certaine manière, c’est ce système. Et son prédécesseur (ISCI) a été déployé à l’origine en 1969. Mais l’adoption du système a été largement limitée aux annonceurs et aux agences, telles que Lowe’s et Havas Media, afin de gérer les bibliothèques d’actifs publicitaires.

Exemple : 19 ans après l’introduction d’Ad-ID, NBCUniversal a annoncé en juillet qu’elle prendrait en charge Ad-ID dans son inventaire vidéo en continu et numérique via son programme publicitaire One Platform et a affirmé être « la première grande entreprise de médias à adopter Ad-ID ». IDENTIFIANT. »

Quel a été le hold-up ?

L’adoption d’Ad-ID ne semble pas avoir été une priorité aussi urgente pour les entreprises de médias jusqu’à récemment. Comme l’a déclaré un dirigeant d’un propriétaire de réseau de télévision qui prévoit d’ajouter la prise en charge d’Ad-ID, « nous voulons faire partie de cette solution, mais quelle est la plus grande priorité en ce moment ? C’est dur. La mesure est un défi. La livraison est un défi. Faire du bon contenu est un défi. Comme, c’est vraiment difficile à tous les niveaux.

Alors, qu’est-ce qui a changé ?

La convergence continue de la télévision, du streaming et de la vidéo numérique. Alors que de plus en plus d’audiences et de dollars publicitaires passent au streaming et à la vidéo numérique, les annonceurs diffusent de plus en plus leurs publicités partout, avec différentes équipes au sein d’une marque ou d’une agence qui gèrent potentiellement différents composants de l’achat, comme l’équipe sociale qui achète des publicités sur YouTube et l’équipe TV. achat d’inventaire TV connectée. De plus, la portée de qui peut vendre des publicités en streaming va des réseaux de télévision et des services de streaming aux propriétaires de plates-formes CTV et aux sociétés de technologie publicitaire.

Cet écosystème épineux peut augmenter la difficulté pour un annonceur de garder les rênes de la diffusion d’une annonce – le défi pour lequel Ad-ID a été créé pendant toutes ces années.

Les derniers articles